La petite Thérèse

« Le Cardinal Danneels a écrit ces paroles qui rejoignent beaucoup de témoignages du même genre : Pour moi, après Joseph et Marie, personne n’a aimé Jésus comme François. Je n’oserai pas le dire. Et pourquoi ? À cause de la petite Thérèse qui est d’ailleurs en bonne partie une âme franciscaine. Thérèse, cette petite Thérèse morte à vingt-quatre ans, sera très probablement déclarée Docteur de l’Église. Voyez cela ! »

« Entre Saint François et la petite Thérèse, il n’y a qu’une différence de surface, d’apparence extérieure : les deux sont animés du même esprit de simplicité et d’amour généreux. Seule la vie extérieure les différencie : par conséquent, un point assez secondaire… Une confiance totale et universelle ! »

Sainte Thérèse

Cette photo, reçue de soeur Geneviève de la Sainte-Face (Céline Martin) par l’intermédiaire du Carmel de Marienthal, le père Marie-Joseph l’a portée sur lui durant de longues années

« ‘Je suis venu sur la terre pour y allumer le feu de l’amour et qu’est-ce que je veux sinon qu’il embrase l’univers.’ Parole de Notre Seigneur. C’est dans cette ligne évangélique que se situe la mission providentielle de la grande Sainte de Lisieux. »

« La petite Thérèse disait : Papa le Bon Dieu. Ne manque jamais à cette confiance audacieuse, mais toute filiale en Dieu. Parfois cette confiance est dure, pénible. Nous ne voyons plus la main de Dieu guider notre vie et diriger tout le détail de notre existence…
Dans ces moments, au lieu de te laisser aller à l’inquiétude, redouble de confiance. Dis avec la petite Thérèse qui, elle surtout, souffrait ces délaissements : quand même Dieu me tuerait, j’espérerai encore en Lui. Dieu est immuable. Il est et reste notre Père à jamais. Dans ces heures critiques, notre amour augmentera alors et s’intensifiera et notre union avec Dieu se fera plus intime. »
commodo velit, mattis commodo leo. pulvinar accumsan in